Craquage au Scriptorium — Épisode 4 : La malédiction des chats

Craquage au Scriptorium — Épisode 4
La malédiction des chats

Précédemment dans Craquage au scriptorium épisodes 1, 2 et 3 vous avez découvert le quotidien parfois douloureux des copistes et enlumineurs du Moyen Âge, vous avez assisté à quelques nervous breakdown épiques et avez fait la connaissance d’Anségisel, un scribe un peu fada qui a tendance a rapidement partir en vrille. Aujourd’hui “Vis ma vie de copiste” vous invite à le suivre une fois de plus dans sa journée de travail ou devrais-je dire dans l’enfer du scriptorium car ce lieu qui ressemble de prime abord à un havre de paix et de sérénité peut s’avérer être l’antre de créatures diaboliques…

En cette belle et chaude journée de juillet, les oiseaux piaillent dans les arbres du verger attenant au prieuré et le soleil cogne sans retenue sur les crânes ras des malheureux tonsurés. En retard comme tous les jours, le scribe Anségisel se rend d’un pas preste au scriptorium, pousse la lourde porte et pénètre avec délice dans l’atmosphère fraîche et calfeutrée de la grande pièce aux épais murs de pierre. Sans trop se faire remarquer, il se hâte de remplir son encrier, se munit du manuscrit qu’il a la charge de copier et s’installe confortablement à son pupitre, se dandinant quelques minutes sur son séant afin de trouver la position idoine. Enfin paré pour les longues heures de copie qui l’attendent, il reprend du bout du doigt la ligne où il s’était arrêté la veille, imbibe sa plume d’encre et, prenant une grande inspiration, jette un dernier regard périphérique sur l’officine studieuse avant de se mettre à l’ouvrage. Et là, son souffle se coupe net. Son regard se fige, son visage pâlit et une vilaine grimace vient tordre ses lèvres d’ordinaire si souriantes et joviales. « Oh non… ! » gémit-il les yeux soudainement emplis de désespoir. Il est là, juste devant lui, et il le regarde. Qui ? Le pire cauchemar d’Anségisel, j’ai nommé Tibert le chat. Au Moyen Âge, c’est bien connu, les chats sont considérés comme des créatures du démon, des suppôts de Satan et les commensaux des sorcières surtout s’ils ont le poil noir comme celui de Tibert. C’est du moins ce qu’a affirmé le pape Grégoire IX dans sa bulle Vox in Rama (1233) et Anségisel, en bon trouillard et grand superstitieux, avait dès lors décidé qu’il serait allergique aux chats.

Le perfide Tibert, chat borgne au sombre pelage en broussaille et partiellement pelé, est le chef de la bande des félins domestiques du monastère dont Anségisel est devenu, au fil des ans, le souffre-douleur. Immobile dans sa posture sphinxiale, il observe le moine de son petit œil plein de vice. S’il est là, son compère ne doit pas être bien loin. Anségisel repère aussitôt Grippeminaud, son acolyte, posté juste au-dessus de lui sur l’étagère la plus élevée. Tout à l’heure, quand personne ne s’y attendra, quand on l’aura oublié, il s’élancera de là-haut pour atterrir sur le pupitre de sa victime favorite et piétiner dédaigneusement les fragiles pages sur lesquelles il travaille tout en lui effleurant le nez de sa queue touffue avant de sauter d’un bond allègre sur le pupitre voisin. Ces intrusions soudaines sont à chaque fois une telle frayeur pour Anségisel que son petit cœur fragile ne s’en remet que péniblement, évitant de peu l’arrêt fatal. « La mort venue du ciel » pensa le moine épouvanté en avalant péniblement sa salive. Rapide coup d’œil sur Tibert : il n’est plus à sa place. Affolé, Anségisel cherche des yeux, en tous sens, dans l’espoir de localiser rapidement son prédateur. Le voilà. La bête s’est mise en route et se dirige droit sur lui. « Reste calme Anségisel, reste calme » se dit-il en lui-même. Pour couronner le tout, l’armarius qui surveille le scriptorium lui lance des regards soupçonneux depuis le fond de la pièce parce qu’il ne s’est toujours pas attelé à sa tâche. Houla ! ça va mal se mettre… Anségisel empoigne illico sa plume et, tandis que quelques gouttes de sueur perlent le long de son front, il reprend le paragraphe interrompu la veille en se relisant consciencieusement afin de ne pas omettre la moindre virgule. Mais voilà qu’il sent tout à coup un petit corps tiède et vibrant se frotter avec insistance contre sa tunique, le long de sa jambe. Anségisel, terrorisé, se lève aussi sec pour se dégager de l’emprise du frotteur, renversant son banc dans un vacarme de tous les diables.

« Malotru ! » grogne-t-il à l’attention de Tibert avec un air de dignité offensée tout en secouant vivement sa tunique couverte de poils. Le matou le regarde de sa pupille verticale, bâille, s’étire et, sans quitter du regard le moine impuissant, lève une patte et commence à se lécher le troufignon. Aussitôt tous les enlumineurs alentour abandonnent leurs lettrines et s’inspirent de la scène…

Bestiaire, Angleterre XIIIe siècle, Bodleian Library MS. Ashmole 1511, fol. 35v..png
Bestiaire, Angleterre XIIIe siècle, Bodleian Library MS. Ashmole 1511, fol. 35v.

Voici la pensée d’Anségisel au même moment :

Bible française du XIIIe siècle, Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, U 964, fol. 376r.
Bible française du XIIIe siècle, bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, U 964, fol. 376r.

Face à ce spectacle répugnant Anségisel, qui a d’autres chats à fouetter et une centaine de pages à copier, décide de se rebiffer. Cela fait des années qu’il subit sans mot dire cette tyrannie féline, ces harcèlements miauliques quotidiens et ces frôlements obscènes. Il s’éclipse donc quelques instants et revient avec un morceau de jambon chipé dans les cuisines qu’il brandit aguicheusement sous le nez de Tibert rapidement rejoint par un Grippeminaud très intéressé. En les attirant vers la porte du scriptorium il parvient à les flanquer dehors, les laissant se ruer sur le morceau de bidoche balancé au loin dans la cour. Tout heureux et tout fier il retourne à son écritoire, se frottant énergiquement les mains et laissant échapper quelques gloussements de satisfaction.

Bim ! Ça n’a pas manqué. Deux minutes plus tard, ce n’est plus la présence d’un félin qui vient interrompre Anségisel dans sa mission divine mais le souffle chaud aux relents de saucisson de l’armarius dont la tête surgit par-dessus son épaule. Le voilà qui se fait remonter les bretelles pour avoir mis à la porte les deux larrons à poil long, les protecteurs et gardiens du sanctuaire sacré qu’est le scriptorium sans lesquels la sécurité des ouvrages n’est plus assurée… Eh oui ! Au Moyen Âge ces mignonnes boules de poils ont droit de cité et sont même les bienvenues dans les scriptoria car elles sont censées faire la chasse aux souris, rats, surmulots et à toute sorte de petits rongeurs parasites qui pénètrent clandestinement au sein des bibliothèques pour en dévorer les ouvrages, du cuir des reliures jusqu’aux pages.

La pensée d’Anségisel…

Psaultier de Rutland (1260), British Library Add MS 62925, fol 61r.png
Psaultier de Rutland (1260), British Library Add MS 62925, fol 61r.

Leur mission s’ils l’acceptent, empêcher cela :

Aussi Anségisel se fait tour à tour accusé de procrastination, de malveillance, de sabotage, de terrorisme… Ce sera de sa faute si les souris viennent grusiner certains ouvrages rarissimes conservés dans la bibliothèque, si des œuvres fondamentales sont transformées en confettis sous la quenotte sournoise de quelques rongeurs affamés et si des pans entiers d’histoire sombrent dans l’oubli. Sans penser aux années de labeur de ses confrères copistes qui partiraient ainsi en fumée. Tollé général dans le scriptorium et, sous les huées, Anségisel commence à être la cible de boulettes de parchemin chiffonnées qui fusent de toute part. « On en a pendu pour moins que ça ! » finit par asséner l’armarius tout en se dirigeant vers la porte pour l’ouvrir toute grande aux deux petits minous qui miaulent et grattent de l’autre côté.

Anségisel n’en croit pas ses esgourdes. C’est vraiment lui qu’on taxe de terroriste ? On aura tout vu… Pour se sortir de cette mauvaise passe il tente tout de même d’arguer que des souricières seraient plus efficaces et que ces deux chats lascifs et indolents se contrefichent de chasser les souris qu’on entend chicoter dans tous les coins de la pièce mais le bedonnant armarius lui rappelle qu’il n’a plus voix au chat-pitre. Le pauvre moine semble véritablement le seul à voir clair dans le jeu diabolique de ces bestioles qui attendent, tapies dans l’ombre, le moment propice pour mettre à exécution leur plan machiavélique.

Mais je vous sens dubitatifs… Vous aussi vous pensez qu’Anségisel n’est qu’un triste sire, un déséquilibré, un paranoïaque ? Alors laissez-moi vous convaincre, à l’aide de quelques documents d’archives, qu’il n’a peut-être pas complètement tort.

On a retrouvé la trace d’un scribe de la ville de Deventer aux Pays-Bas qui, vers 1420, a vécu un craquage similaire à celui d’Anségisel. Voici une page de manuscrit souillée d’urine de chat, découverte par le professeur Thijs Porck de l’université de Leyde.

COLOGNE, HISTORISCHES ARCHIV, G.B. QUARTO, 249, FOL. 68R
Cologne, Historisches Archiv, G. B. quarto, 249, fol. 68r.

Cet Anségisel de Deventer, peu scrupuleux, est parti se coucher sans prendre le temps de refermer l’ouvrage qu’il était en train de copier. ERREUR DE DÉBUTANT ! Au petit matin quelle ne fut pas sa surprise de retrouver son manuscrit maculé de pissat. Ne pouvant écrire sur le papier souillé le copiste fut contraint de laisser le reste de la page vierge et d’indiquer, avec force manicules, l’endroit profané par l’animal dont il dresse à côté le portrait-robot. Quelques lignes plus loin, il s’excuse auprès du lecteur en ces termes :

Hic non defectus est, sed cattus minxit desuper nocte quadam. Confundatur pessimus cattus qui minxit super librum istum in nocte Daventrie, et consimiliter omnes alii propter illum. Et cavendum valde ne permittantur libri aperti per noctem ubi cattie venire possunt.

(Ici rien ne manque, mais un chat y a uriné cette nuit. Maudit soit ce chat du diable qui a uriné sur ce livre pendant la nuit à Deventer, et aussi par sa faute tous les autres chats. Et faites bien attention à ne pas laisser de livres ouverts la nuit quand les chats peuvent venir.)

Hé oui ! Crétinus ! Quelle idée de laisser un livre ouvert la nuit alors que les animaux nyctalopes profitent de l’obscurité pour accomplir leurs méfaits. C’est pourtant la base. Mais il n’est pas le seul à avoir fait cette erreur stupide. Emir O. Filipovic, chercheur en histoire médiévale à l’université de Sarajevo, a retrouvé dans les archives d’État de Dubrovnik, en Croatie, un manuscrit datant de l’année 1445. Il s’agit du 13e volume d’une série de registres de correspondance marchande intitulés Lettere e commissioni di Levante rédigés en italien médiéval à l’encre d’un noir profond.

Filipovic Dubrovnik.png

Filipovic.png

Ici le coupable, après avoir promené ses coussinets dans l’encrier, est venu — d’aucuns diraient sournoisement — se balader sur la page. Même scénario ci-dessous dans Les Grans Chroniques de l’Abbaye de Saint Denis (XIVe siècle) : un livre laissé ouvert par mégarde, aucune surveillance, un chat malicieux dans les parages a saisi l’opportunité de laisser son empreinte dans l’histoire.

Sloane MS 2433
Les Grans Chroniques de l’Abbaye de Saint Denis (XIVe s.), British Library Sloane MS 2433.

Cet article vous a plu ? Moi je me suis vraiment régalée à l’écrire ! Pour que le blog continue d’exister et que je puisse écrire encore plus d’articles, j’ai besoin de votre aide. Vous pouvez me soutenir en faisant un don d’un 1 € (ou plus) sur Tipeee, une plateforme de financement participatif facile à utiliser vous permettant d’encourager vos créateurs de contenus préférés. C’est ici ! — > tipeee-logo-pointcom-RVBMerci ;-)

.:.

icône FacebookREJOIGNEZ LA PAGE FACEBOOK DE SAVOIRS D’HISTOIRE

et partagez cet article à foison !

Publicités

3 réflexions sur “Craquage au Scriptorium — Épisode 4 : La malédiction des chats

  1. L’article est très agréable à lire, néanmoins une petite erreur historique: les moines (essentiellement bénédictins au Moyen Âge) ont l’interdiction de manger des quadrupèdes, donc point de jambon ou de saucisson dans les cuisines du monastère.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Dodi,

      Tout va bien, mon histoire se déroule plutôt vers la fin du Moyen Âge et l’interdit de consommation de viande de quadrupède est levé par le pape Benoît XII en 1335. Nos moines peuvent enfin consommer de la viande carnée 150 jours par an, sauf les vendredis. 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s