Défense de sniffer et de fumer à la cour du Roi-Soleil

Aujourd’hui, intéressons-nous au tabac, cette plante qu’on sniffe, qu’on chique ou encore qu’on pétune depuis plusieurs siècles et qui avait le don de déclencher l’ire du Roi-Soleil. Mais commençons par un brin d’histoire et mettons le cap sur les petites îles des Caraïbes…

C’est entre 1492 et 1502, au cours des expéditions de Christophe Colomb en Amérique, que le tabac fut découvert par les navigateurs européens. Colomb ayant envoyé quelques matelots explorer une de ces îles qui forment l’archipel des Bahamas, les gaillards revinrent en racontant qu’ils avaient rencontré les populations locales et observé leurs coutumes parmi lesquelles une curieuse pratique, celle d’aspirer la fumée à travers un bâtonnet incandescent de feuilles roulées qu’ils tenaient au coin du bec. À leur retour, ces navigateurs rapportèrent en Europe quelques spécimens de cette plante de la famille des solanacées que les Amérindiens appelaient Tabaco et qui est reconnaissable par ses fleurs de couleur purpurine ou pourrait-on dire ferrugineuse [« Féru, féru… gineuse ! »].

Si l’explorateur André Thévet avait déjà introduit la plante en France dès 1556, c’est seulement en 1560 qu’elle fait son entrée à la cour de France lorsque Jean Nicot, ambassadeur auprès du roi du Portugal, en offrit à Catherine de Médicis sous la forme de poudre à priser. La reine mère l’aurait employé comme remède pour calmer ses migraines après que son médecin personnel, le grand Ambroise Paré — père de la chirurgie moderne — ait déclaré la substance inoffensive. On peut se tromper. Ça arrive aux meilleurs. Toujours est-il que le remède semble fonctionner. Catherine est ravie, ses maux de tête s’envolent et toute la cour commence à consommer le tabac pour ses vertus thérapeutiques. Une petite fatigue, un léger trouble, sont l’occasion de s’en fourrer plein les naseaux. Le tabac fut rapidement baptisé herbe à la reine, herbe de l’ambassadeur ou encore herbe à Nicot, ce qui n’est pas très heureux… Pas peu fier, ledit Jean Nicot désignera lui-même le tabac sous le nom de Nicotiane dans son ouvrage intitulé Commentaires de la langue française. Ainsi donc c’est à cet ambassadeur français du XVIe siècle que la nicotine doit son nom. Encore une nouvelle anecdote à placer, l’air de rien, lors de votre prochaine pause-clope pour montrer une fois de plus à vos collègues votre science infinie des petites choses de la vie. Du reste, vous auriez tort de vous en priver. Je sais que vous allez le faire. Je vous vois. Blague à tabac part, revenons à notre plante herbacée nouvellement découverte et qui fait un… carton auprès de l’élite française.

nicot offrant une prise a Catherine de Medicis
Nicot offrant une prise à Catherine de Médicis, gravure satyrique.

Pourtant tout le monde n’est pas favorable à la consommation du tabac. Il est vrai que dans le milieu médical, à l’instar d’Ambroise Paré, de nombreux médecins célèbrent l’herbe à tous les maux comme une panacée, une plante salutaire aux propriétés médicinales. On dit de ce « médicament en poudre » que c’est un remède souverain, un prodigieux narcotique, qu’il est détersif et désopilatif (c’est le moment de dégainer vos dicos). Mais cet engouement suscite une levée de boucliers dans le camp des détracteurs pour lesquels tout ceci n’est que poudre de perlimpinpin. Ces derniers réprouvent l’usage du tabac et mettent les consommateurs en garde contre la toxicité de cette funeste plante de sauvages venue des pays lointains du Nouveau-Monde. Dans le clergé — jamais les derniers pour la bamboche — le tabac est largement consommé notamment chez les Jésuites et c’est d’ailleurs à un homme d’Église, l’abbé de Lattaignant, que l’on devra, à la mi XVIIIe siècle, la célèbre chansonnette J’ai du bon tabac dans ma tabatière. Mais pour l’heure le pape Urbain VIII s’offusque que les bons chrétiens consomment de cette herbe du démon et, dans une bulle de 1604, frappe d’excommunication toute personne trouvée en flagrant délit avec cette satanique herbacée à l’église. Finalement, Richelieu décide d’autoriser la consommation du tabac, pour mieux pouvoir le taxer, et organise son importation dès 1629. Du coup tout le monde se lâche et chez les artistes c’est à celui qui en fera l’éloge le plus dithyrambique. Ainsi Molière ouvre sa pièce Dom Juan (1665) par une apologie du tabac : « Quoi que puisse dire Aristote, et toute la philosophie, il n’est rien d’égal au tabac, c’est la passion des honnêtes gens ; et qui vit sans tabac, n’est pas digne de vivre » (acte I, sc. 1) et Charles Perrault de déclamer fièrement à l’Académie française son Éloge du tabac en fumée dont voici un couplet :

Charles Perrault à l'Académie Française.png
Éloge du tabac en fumée, Charles Perrault.

Eh oui ! Il faut dire que lorsqu’on a goûté aux voluptés de cette plante que les courtisans prenaient soin de parfumer au préalable avec des essences de fleurs, on s’y accoutume vite et il devient difficile de s’en priver. Ainsi priser le tabac — et fumer la pipe qui jusqu’alors était un plaisir réservé aux petites gens — devient une pratique courante et un loisir très en vogue à la cour du Roi-Soleil pour occuper délicieusement les longues journées d’oisiveté des courtisans. Mais voilà le problème : le tabac c’est la bête noire de Louis XIV. Tout comme le roi d’Angleterre, Jacques Ier, qui avait été l’auteur d’un élégant pamphlet en latin intitulé Misocapnos (Haine à la fumée), Louis déteste cette poudre sternutatoire qui lui titille le nerf olfactif, vient lui chatouiller la membrane pituitaire et le fait constamment éternuer. Il l’abhorre, il la hait, et se range à l’avis de son premier médecin, M. Fagon, ardent détracteur du tabac (qui était cependant connu pour s’en fourrer plein le nez !). Si Louis XIV a généreusement fait distribuer du tabac à ses braves soldats, il n’a jamais cherché à en encourager la consommation et l’on apprend d’ailleurs dans Le livre des Collectionneurs (1885) que Louis n’a de sa vie offert une tabatière à quiconque. Jamais ! [Au siècle suivant, les luxueuses tabatières ouvragées deviendront les cadeaux diplomatiques par excellence et cela n’empêchera pas son p’tit-p’tit-p’tit-p’tit-fillot, Louis XVI, d’offrir à Benjamin Franklin une tabatière couverte de diamants. [Le bling, c’est chic…]. Pourtant la tabatière — à l’époque on appelle cela une tabaquière, le mot tabatière prévaudra mais plus tard — devient un accessoire de mode dès le milieu du XVIIe siècle et ces petits objets ouvragés se glissent dans toutes les poches. Allez faire un tour aujourd’hui encore chez un antiquaire, il aura certainement dans ses collections quelques tabatières du Grand Siècle à vous présenter. Faites d’ivoire, d’émail, de buis, de nacre, d’argent ou d’or, ornées de sujets champêtres, de scènes galantes un peu mièvres ou de personnages mythologiques elles peuvent aussi être gravées de monogrammes, de devises ou de sentences. Votre antiquaire aura peut-être même sous la main quelques « grivoises », ces râpes de fer servant à réduire le tabac en poudre — à le rendre pulvérulent — pour pouvoir le priser. Imaginez donc, dans une antichambre de Versailles au XVIIe siècle, un conciliabule de priseurs armés de leur carotte de tabac, en train de jaser et de « grivoiser » dans le crincrin incessant et frénétique des râpes métalliques. Pour Louis XIV ce spectacle est horripilant et il est las de passer ses journées à vitupérer contre les priseurs intempestifs qui reniflent leur came dans tous les coins du château. Ajoutez à cela que les femmes semblent avoir plus d’intérêt pour ce misérable végétal que pour la personne royale, ainsi que le démontre cette exclamation de la coquette marquise de Sévigné : « C’est une folie comme du tabac ; quand on y est accoutumée, on ne peut plus s’en passer » (Lettre du 16 octobre 1675). Cette fois c’en est trop… Louis, tout bougon de ne plus être au centre de toutes les attentions, décide de sévir et d’interdire tout bonnement que l’on consomme du tabac en sa présence. Alors, c’est qui le monarque absolu, hein ? Non mais oh…

Hélas… Hélas ! Malgré la royale interdiction les courtisans continuent de priser impunément dans tout Versailles. Remarquez, on en aurait surement fait autant ! Braver l’interdit, enfreindre les règles, tout ça… C’est excitant, non ? Bref, hommes et femmes se retrouvent, le plus souvent en cachette, pour s’encanailler et à en croire la princesse palatine, la belle-sœur du roi, ça n’est pas joli-joli : « Je suis furieuse quand je vois ici toutes les femmes avec le nez sale, comme si elles l’avaient plongé dans l’ordure ; elles mettent leurs doigts dans les tabatières de tous les hommes, j’avoue que cela me dégoûte fort ». Bon. Tant que ce n’est que dans leur tabatière… Après tout, ne dit-on pas que ce sont des « objets de vertu » ? Pour la Palatine, toujours aussi radicale, ces jeunes gens malotrus sont « puants comme boucs ». Un point c’est tout !

Le docteur Cabanès, historien de la médecine, dans son ouvrage sur la princesse palatine (Une Allemande à la cour de France, 1916) nous en apprend de belles sur les agissements pendables des princesses et des dauphines au sein même de la cour, comme cette petite escapade qui se déroule à Marly en présence du roi : « Un jour, après le jeu, le roi passant près des appartements de la princesse de Bourgogne, alors Dauphine, pour se rendre chez Mme de Maintenon, flaire une odeur insolite. Comme toutes les portes s’ouvraient devant Sa Majesté, Elle arrive droit au boudoir de la Dauphine, qu’elle trouve avec les princesses légitimées et demoiselles d’Orléans, en train de boire de l’eau-de-vie et de « piper », comme on disait alors, dans des pipes de terre, qu’elles avaient eu la fantaisie de faire emprunter au poste du château. On devine la scène qui suivit… » conclut notre docteur. J’espère tout de même que Louis ne les a pas trop gourmandées et qu’en si charmante compagnie, il s’est attendri et laissé offrir une petite pipe. En résumé : on se planque ou on attend la tombée de la nuit pour aller fumer dans les jardins, mais on consomme du tabac au nez et à la barbe du roi.

La charmante tabagie.png
Gravure d’époque, Gallica.

Mais le monarque est tout de même de bonne paste — une bonne pâte, si vous préférez — et cette dernière anecdote vous prouvera qu’il pouvait aussi se montrer clément, du moins il sut l’être avec le célèbre et fier corsaire Jean Bart. On sait qu’à l’époque les marins étaient de gros fumeurs car cette pratique diminue la sensation de faim et occupe l’esprit pendant les longues traversées. Ainsi, « Louis XIV ayant mandé Jean Bart, ce célèbre marin se rendit à la cour. Il se présenta pour entrer chez le roi, mais comme il n’était pas encore jour, il resta dans l’antichambre. Ne connaissant personne à Versailles, il s’ennuyait, il tira sa pipe, battit son briquet, se mit à fumer : tous ceux qui étaient présents furent étonnés de voir qu’il se trouvât un homme assez hardi pour prendre une pareille liberté. Les gardes voulurent le faire sortir, disant qu’il n’était pas permis de fumer chez le roi. Il leur répondit, avec un air de sang-froid : J’ai contracté cette habitude au service du roi mon maître ; elle est devenue un besoin pour moi ; je crois qu’il est trop juste pour trouver mauvais que j’y satisfasse et continua à fumer. Comme il n’avait jamais paru à la cour, il n’y avait que le comte de Forbin qui le connût ; mais il craignait les suites de cette aventure ; n’osa dire qu’il était son ami. On alla avertir le roi qu’un homme avait la hardiesse de fumer dans son appartement et refusait d’en sortir. Louis XIV dit en riant : Je parie que c’est Jean Bart, laissez-le faire. Peu de temps après, il dit : Qu’on le fasse entrer. Lorsque Jean Bart parut, sa majesté le reçut avec accueil : lui dit : Jean Bart, il n’est permis qu’à vous de fumer chez moi. Au nom de Jean Bart qui était fort connu, à l’accueil que le roi fit à cet homme singulier, tous les courtisans furent étonnés, se rangèrent autour de lui ; lorsqu’il eut quitté le roi, lui demandèrent comment il avait fait pour sortir de Dunkerque avec sa petite escadre, pendant que ce port était bloqué par une flotte ennemie. Il les fit tous ranger sur une ligne ; les écarta à coups de coude, à coups de poing ; passa au milieu d’eux, se retourna, leur dit : Voilà comment j’ai fait » (source). Petite leçon de prestance au passage…

Jean Bart
Gravure représentant Jean Bart, New York Public Library.

À la mort de Louis XIV, les fumeurs et les priseurs sortirent de leurs tanières et tout le monde recommença à prendre du tabac au grand jour. Les fumeurs de la cour se bousculèrent quotidiennement pour acheter leurs prises au bureau de tabac de la Civette, un débit installé à l’entrée du Palais-Royal en 1716 et qui est encore en activité de nos jours (157, rue Saint-Honoré). On y vendait, selon la duchesse de Chartres qui était copine avec la gérante, le meilleur tabac de tout Paris. Au lendemain de la Révolution, toute la population se mettra à priser, et non plus seulement l’élite. La consommation du tabac était définitivement démocratisée.

Cet article vous a plu ? Moi je me suis vraiment régalée à l’écrire ! Pour que le blog continue d’exister et que je puisse écrire encore plus d’articles, j’ai besoin de votre aide. Vous pouvez me soutenir en faisant un don d’un 1 € (ou plus) sur Tipeee, une plateforme de financement participatif facile à utiliser vous permettant d’encourager vos créateurs de contenus préférés. C’est ici ! —> tipeee-logo-pointcom-RVB Merci ;-)

.:.

fb_icon_325x325 REJOIGNEZ LA PAGE FACEBOOK DE SAVOIRS D’HISTOIRE

et partagez cet article à foison !

MA BIBLIO :

Publicités

Une réflexion sur “Défense de sniffer et de fumer à la cour du Roi-Soleil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s