Craquage au Scriptorium – Épisode 2 : Des trolls au scriptorium

Craquage au Scriptorium — Épisode 2
Des trolls au scriptorium

Précédemment dans Craquage au Scriptorium : grâce à la patience et à la détermination de copistes forcenés et imaginatifs, chaque livre constitue une œuvre unique, empreinte de la sensibilité et des humeurs des scribes qui s’y sont voués. Comme nous l’avons vu dans La complainte du copiste, les marges des codex, ces espaces blancs et sans vie, sont devenus, sous le calame ou la plume d’artistes audacieux, de formidables espaces de créativité et de liberté.

« La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres » dit le proverbe ; au scriptorium on aurait dû préciser que la liberté du copiste s’arrête là où commence celle de l’enlumineur, et vice versa. Comme vous le savez, copistes et enlumineurs sont amenés à travailler successivement sur les mêmes pages, les uns s’attelant au texte, les autres aux illustrations. Chacun doit alors se contenter de sa tâche et ne pas empiéter sur le travail de l’autre. Facile à dire, quand on vous confie votre page à copier et que l’enlumineur est déjà passé par là…

Dragon, XIIIe siècle, British Library, Harley ms 3244, f. 59
Dragon, XIIIe siècle, British Library, Harley ms 3244, f. 59.

Hé oui, dans le travail d’équipe, il faut savoir s’adapter et ne pas se laisser déstabiliser par le travail de son prédécesseur. Sinon on se retrouve comme ce copiste, confronté à un dragon à sept têtes : joueur, il décide tout d’abord d’utiliser l’espace central formé par le corps du dragon mais il manque cruellement de place et finit par poursuivre sa copie en contournant la bête, par l’extérieur, tentant de rentabiliser tous les interstices possibles.

Le dragon à sept têtes, Joachim de Fiore, Liber Figurarum, vers 1250, Italie.
Le dragon à sept têtes, Joachim de Fiore, Liber Figurarum, vers 1250, Italie.

On peut aisément comprendre la frustration du copiste face au travail de l’enlumineur, d’autant plus que ce dernier avait droit à de jolis pinceaux, des pigments colorés et même des feuilles d’or ! Du coup, ces situations pouvaient donner lieu à de petites guéguerres de scriptorium, telle cette vengeance mesquine :

Miniature traitant de la fable ‘Kalīla wa Dimna’, 1310, Bayerische Staatsbibliothek, Monaco.
Miniature traitant de la fable ‘Kalīla wa Dimna’, 1310, Bayerische Staatsbibliothek, Monaco.

Pas besoin d’être Hercule Poirot pour affirmer qu’une main postérieure, probablement celle d’un copiste (nous l’appellerons Anségisel, pour la peine !) s’est égarée sur l’enluminure qui ornait la page. Frère Anségisel, ce vilain troll venu saboter le travail de son collègue enlumineur, a probablement voulu participer à une œuvre collaborative. Ou peut-être est-ce une vengeance personnelle ? Moi ça me rappelle la « restauration » en 2012 du Ecce homo (Voici l’homme) de Elias García Martínez par une paroissienne de l’église espagnole de Borja, pleine de bonne volonté. Ça a tout de même valu à cette fresque d’être rebaptisée Ecce mono (Voici le singe).

Ecce Homo
Ecce Homo, Elias García Martinez, XIXe siècle, Borja, Espagne.

Alors comme on dit, « chacun son métier et les vaches seront bien gardées » ! Car n’est pas enlumineur qui veut. L’enluminure est un art réservé aux plus agiles, aux plus aguerris, à des artistes subtils, fins, délicats… Jugez vous-même.

Gorleston Psalter, XIVe siècle, British Library.
Gorleston Psalter, XIVe siècle, British Library.

Allez quoi ! Vous étiez prévenus, dans ce cycle on ne s’intéresse qu’aux cancres, aux Philistins, aux Frères Anségisel des scriptoria médiévaux. Ceux-là mêmes qu’on devait asperger d’eau bénite et condamner à porter le cilice à vie afin d’expier leurs fautes professionnelles. Comme ce fut probablement le cas de l’enlumineur responsable de la présence du type calé fort posément à l’intérieur de cette lettrine à l’encre bleu azur.

Glose d’Accursius, Digeste du Codex de Justinien, Bologne, Italie (XIVe siècle)
Glose d’Accursius, Digeste du Codex de Justinien, Bologne, Italie (XIVe siècle).

Je vous ai trouvé une autre lettrine plus pudique, du moins en apparence, car notez tout de même que le bougre est en train de se faire téter les orteils par d’étranges créatures.

Psautier Rutlan, 1260, Londres, British Library, Add 62925, fol. 13v
Psautier Rutlan, 1260, Londres, British Library, Add 62925, fol. 13v.

En y regardant de plus près, on constate que son entre jambes a été recouverte et est partiellement effacée. Cette enluminure est donc déjà passée au crible de la censure, probablement celle de l’armarius. C’est une maison sérieuse ici !

Pour ceux qui n’auraient pas encore compris, le rôle de la lettrine est de mettre en évidence le début d’un paragraphe en attirant l’attention du lecteur, et l’on peut dire que les enlumineurs médiévaux prennent ce challenge très au sérieux ! La consigne est simple : pour réaliser une bonne lettrine, il suffit de laisser aller son imagination, de penser à la lettre que l’on doit illustrer et de la dessiner sous une forme végétale, animale ou encore humaine. Ainsi, les lettres calligraphiées deviennent un formidable terrain de jeu pour les enlumineurs qui tentent, chaque jour, de rivaliser de créativité. L’effet pervers de cette technique c’est lorsque l’enlumineur est trop absorbé par la réalisation de son motif et qu’il en oublie la lettre que son dessin doit suggérer. C’est le cas des deux lettrines que je viens de vous présenter, amusantes mais difficiles à déchiffrer ! Elles entrent donc parfaitement dans mon catalogue de « craquages » puisqu’une fois de plus, l’artiste s’est lâché, oubliant sa mission divine.

Heureusement d’autres enlumineurs, plus consciencieux, parviennent à allier créativité et lisibilité. Admirez ce P, que je trouve ma foi quelque peu angoissant. Ce pauvre diable suspendu me fait de la peine, que quelqu’un lui apporte un tabouret!

 Bible, 1150-1200, Latin 16746, f.2v., Bibliothèque nationale de France
Bible, 1150-1200, Latin 16746, f.2v., bibliothèque nationale de France.

Outre les lettrines, il existe d’autres moyens de s’amuser avec le texte. Parfois, une lettre détournée peut devenir le point de départ d’une petite saynète. En voici un bel exemple : ci-dessous frère Anségisel s’est joué du P de « conspectu », et l’a transformé en une flèche envoyée dans le derrière d’un homme-poisson par un archer à la physionomie inquiétante.

Psautier Rutlan, 1260, Londres, British Library
Psautier Rutlan, 1260, Londres, British Library.

On observe là aussi, sous le corps de l’homme-poisson, que ce dernier sert de couverture à un dessin précédemment exécuté. S’il s’agissait de recouvrir une marginalia jugée grossière, c’est râpé ! Autre exemple de lettre détournée, ici de mignons petits animaux, un dragon et un lapin, sont venus se lover dans la hampe des G.

Bibliothèque de Stuttgart, WBB Cod.Bibl.fol.5
Bibliothèque de Stuttgart , WBB Cod. Bibl. fol.5.

Pour mettre en évidence une portion de texte, l’enlumineur peut également illustrer une accolade. Celle que je vous propose est fort curieuse : deux hommes s’écharpent, l’un tire la tignasse de l’autre tout en le saisissant par le colbac. Et comme notre enlumineur a beaucoup d’imagination, il a aussi décidé qu’il y aurait deux démons derrière chaque personnage, que les créatures seraient en train de leur dévorer une jambe et qu’on en profiterait tous s’il laissait paraître un petit bout de fesse.

Moralia in Job, t. I fol. 6r, XIIe siècle, Stiftsbibliothek, Suisse.
Moralia in Job, t. I fol. 6r, XIIe siècle, Stiftsbibliothek, Suisse.

Le plus amusant, c’est que très souvent les marginalia et enluminures n’ont strictement aucun rapport avec le texte alentour, généralement austère et canonique. N’oublions pas que ces ouvrages sont destinés à l’élite lettrée et cultivée, à la noblesse et au haut clergé ! En réalité, les dessinateurs s’en tamponnent le coquillard, comme ils disaient à l’époque. Ces craquages illustrés seraient-ils une sorte d’exutoire pour nos ancêtres, acculés dans leurs scriptoria ?

Quoiqu’on en dise, toutes ces singeries – si irrévérencieuses soient-elles – nous donnent un petit aperçu de la culture populaire et des mœurs d’une époque. Et quel humour mordant, quelle malice délibérée, je suis saisie d’admiration ! Qu’on ne vienne plus me parler d’un Moyen Âge sombre et de ses clercs obscurs ! Je me figure Frère Anségisel dissimulé sous son capuchon, étouffant des ricanements de satisfaction au moment même où sa plume trace les contours licencieux d’un derrière charnu…

Mais dans tout ce charivari du scriptorium, il y a aussi des moments où c’en est trop, où le copiste craque et où faire le troll ne le soulage plus… Dans le prochain article de Craquage au Scriptorium, nous aborderons le topos des craquages incontrôlés, de sang chaud, d’instants de démence…

.

Cet article vous a plu ? Moi je me suis vraiment régalée à l’écrire ! Pour que le blog continue d’exister et que je puisse écrire encore plus d’articles, j’ai besoin de votre aide. Vous pouvez me soutenir en faisant un don d’un 1 € (ou plus) sur Tipeee, une plateforme de financement participatif facile à utiliser vous permettant d’encourager vos créateurs de contenus préférés. C’est ici ! — > tipeee-logo-pointcom-RVB Merci ;-)

.:.

fb_icon_325x325 REJOIGNEZ LA PAGE FACEBOOK DE SAVOIRS D’HISTOIRE

et partagez cet article à foison !

Publicités

5 réflexions sur “Craquage au Scriptorium – Épisode 2 : Des trolls au scriptorium

  1. « Je suis saisie d’admiration » + 1 ☺ … par le contenu autant que l’article lui-même. C’est merveilleux et vibrant un tel hommage à l’art et au .. Cochon, euh au passé. Pardon ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s