Les bars flippants du Montmartre de la Belle Époque

Comme vous le savez, il m’arrive régulièrement de remonter dans le temps pour aller jeter un œil curieux aux mœurs de nos ancêtres. Puisque je suis pleine d’alacrité aujourd’hui, je vous propose de m’accompagner faire la tournée des bars parisiens dans le Montmartre des années 1900. V’nez-y donc les copains !

Pouf ! Atterris sur le boulevard de Clichy, le premier bar où nous allons faire une halte se trouve au numéro 34 et porte le doux nom de cabaret du Néant. Ici, on peut se payer une bonne bière entouré de crânes et de squelettes. Vous allez voir, c’est fendard ! Déjà, pour nous mettre à l’aise, un croque-mort glacial et livide nous invite à prendre place dans la « salle d’intoxication » sous un lustre fait d’un crâne et de tibias, autour de tables en forme de cercueils. Ambiance…

Ensuite, munis de cierges, nous nous rendons dans la « salle de l’incinération » où l’attraction consiste à se laisser mettre en bière. Une occasion unique pour un vivant à condition de ne pas être claustro. Allez, on est joueurs, tout le monde teste. Avant de quitter les lieux, on jette un œil dans le « caveau des trépassés », une petite salle de spectacle où, par un tour de passe-passe et grâce à un ingénieux système de miroirs, une jeune femme choisie au hasard dans l’assistance se fait déshabiller sous nos yeux et à son insu. Grosse marrade.

Bon, on serait bien resté, mais on ne va tout de même pas s’enterrer ici, passons au bar suivant. En remontant le même boulevard — au numéro 51 — nous n’en croyons pas nos mirettes : une haute façade blanche et bleue conçue dans le plus pur style gothique se dresse devant nous, scintillante de mille feux grâce à de petites étoiles électriques clignotantes. C’est le cabaret du Ciel. C’est un peu comme si nous avions réellement trépassé au cours de l’expérience macabre du précédent bar et que nous arrivions au paradis. Ça fait un peu froid dans le dos mais une bande de joyeux drilles déguisés en séraphins nous attrape par la main et nous conduit en farandole dans une salle voûtée aux allures de cathédrale. Là, nous attend le banquet céleste. Sur fond de notes de piano et d’orgue, nos verres sont remplis de liqueurs divines, d’hydromel et d’ambroisie, qui ravissent nos papilles.


Les hôtes des lieux nous invitent ensuite à participer à diverses cérémonies toutes plus burlesques les unes que les autres, on doit notamment se prosterner au pied d’une idole de cochon. Ça devient gênant. Du coup on s’apprête à partir quand saint Pierre — clé du Paradis en main — nous propose de monter au Ciel parmi les anges en nous indiquant le premier étage. Au point où on en est, on monte. Bigre ! il fallait s’y attendre ; les anges s’avèrent être des femmes voluptueuses qui, contrairement aux créatures ailées, sont bel et bien dotées de tout l’attirail requis pour atteindre le septième ciel. Elles commencent à se trémousser sur une musique enivrante, ça sent le piège et ça risque de nous coûter cher ; c’est le moment de déguerpir et de redescendre sur terre pour poursuivre notre soirée.

La tête encore dans les nuages, on pousse la porte du bar mitoyen, au numéro 53, et l’on ne s’étonne même plus de passer sous les crocs acérés d’un démon qui garde l’entrée du cabaret l’Enfer !

Cabaret du Ciel et cabaret de l’Enfer, boulevard de Clichy, Paris.

Là aussi, ça racole sec dès l’entrée : « Avancez belles impures ; asseyez-vous, charmantes pécheresses, vous serez flambées d’un côté comme de l’autre» nous susurre un type déguisé en Mephisto. Mais c’est quoi cet enfer ? On aurait largement de quoi lui rétorquer mais on a décidé de venir en paix et on a hâte de vider quelques godets. Alors, faisant abstraction de ce niquedouille qui nous considère comme de grasses andouillettes, on prend place dans une salle au plafond couvert de formes humaines inquiétantes où des musiciens, déguisés en damnés, jouent de la guitare et de la mandoline.

Cabaret de l’Enfer

Ce qui est marrant dans ce bar c’est que lorsqu’on commande un bock, on nous offre en échange un « Bon pour passer à la Chaudière ». Tiens donc ? Petit coup d’œil rapide dans la pièce : il y a effectivement un chaudron géant rempli d’un liquide frémissant et il semblerait qu’on soit autorisés à faire trempette. Hum, méfiance ! Pas tout à fait convaincus, on décide de changer de pièce et on passe dans l’« antre de Satan », une salle de spectacle équipée d’une petite estrade sur laquelle on nous propose le même tour qu’au Néant, la mise à nue d’une cliente naïve. Allez hop, pas deux fois, on décanille !

Le vent frais qui souffle sur le boulevard de Clichy nous pousse mollement en direction du numéro 100. On en a plein les pattes et on commence à tituber dangereusement mais nos pupilles dilatées sont irrésistiblement attirées par une façade à l’architecture complètement folle : c’est la taverne des Truands, le repaire des plus de trois grammes.

Diantre ! Cette fois-ci nous pénétrons dans une ambiance de coupe-gorge médiéval qui nous rappelle fortement la cour des Miracles du roman de Victor Hugo. Dans un décor de théâtre gesticulent des damoiseaux en tuniques et collants tandis que de braves donzelles largement décolletées nous apportent des chopines… Oudelali, les amis !

Au balcon, le sosie de Robin des Bois joue du violon et, au lieu de vils marauds les yeux rivés sur notre bourse, nous retrouvons de joyeux lurons venus pour la bamboche. En causant un brin avec la serveuse on apprend que le taulier est un poète dadaïste et que les gens attablés autour de nous sont ses amis : la fine fleur de la poésie montmartroise. Alors on finit là, à rêvasser en écoutant la larme à l’œil ces troubadours du XXe siècle déclamer leurs vers, tandis que de bonnes âmes s’occupent de remplir les nôtres. Bilan de cette immersion dans les nuits parisiennes de nos arrière-grands-parents : « On ne regrette pas sa soirée » comme dirait l’autre, et on remet ça quand vous voulez 😉

Cette petite balade vous a plu ? Vous en voulez davantage ? Vous pouvez me soutenir en quelques clics en faisant un don sur tipeee-logo-pointcom-RVB, une plateforme de financement participatif vous permettant d’encourager vos créateurs de contenus préférés. Merci ;-)

.:.

fb_icon_325x325 REJOIGNEZ LA PAGE FACEBOOK DE SAVOIRS D’HISTOIRE

et partagez cet article à foison !

BIBLIO :

Publicités

4 réflexions sur “Les bars flippants du Montmartre de la Belle Époque

  1. Certains ont tenus le coup jusque en 1950 pendant la guerre de39 40 ils étaient frequentes par l occupant leurs fermetures a été faite bien après la guette merci de nous rafraîchir la mémoire avec les lieux de notre jeunesse je vous signale que juste avant il y avait le tonneau qui porte bien son nom

    J'aime

  2. Savoirs d’Histoires , un peu de mon enfance renaît , avec les noms , le monde de la nuit à perdu de nos jours , ses heures de gloire passées , plus de cabarets dignes d’intérêts ……. Et la , ton doc , fait revivre la vie nocturne , autour de ses mythiques ………..Merci

    J'aime

  3. Il existe encore aujourd’hui, à Bruxelles, dans une rue adjacente à la Grand’ Place, un bistroquet où les cercueils font office de tables et où l’on boit dans des crânes, au milieu d’une décoration funèbre de circonstance… Le nom de cet établissement est tout simplement « Le Cercueil ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s