La bourde de Louis XII et la Querelle des dames de Paris, de Rouen, de Milan et de Lyon

Une querelle qui met en branle les femmes de Paris, de Rouen, de Lyon et même celles de Milan, c’est la petite histoire que je vais vous raconter aujourd’hui. Cette anecdote se déroule au début du XVIe siècle ; elle débute en 1508 plus exactement, sous le règne du roi Louis XII (1462-1515), à qui l’on a d’ailleurs faussement attribué la fameuse devise « Qui s’y frotte s’y pique », pour votre gouverne. Bref, dix ans après son couronnement (1498), Louis douzième du nom entame une petite tournée des provinces afin de montrer sa bobine au bon peuple et de recevoir les éloges dus à son rang. Après tout, c’est le roi !

Louis XII, magnifique avec son petit col danseuse ouvragé.
Louis XII, magnifique avec son petit col danseuse ouvragé. Musée des Beaux-Arts d’Angers, XVIe siècle.

Le roi se déplace ainsi dans les grands fiefs de France, accompagné de toute sa cour et d’une bonne partie de son armée. Pour les villes qui reçoivent, c’est l’évènement ! On organise de grands tournois, des joutes, des banquets… Ce sont des semaines de préparatifs car sur une maladresse des têtes peuvent tomber. Le jour de la venue du roi, les villageois sont en liesse et tous se pressent pour l’apercevoir et l’acclamer. Les femmes, quant à elles, se parent de leurs plus belles toilettes et rivalisent de coquetterie pour faire honneur au divin monarque.

À la fin du mois d’octobre 1508, après avoir sillonné les routes de France, Louis quitte la ville de Rouen, capitale normande et dernière étape de son petit périple, pour regagner sa bonne ville de Paris dans laquelle il avait déjà fait son entrée en triomphe dix ans auparavant, le 2 juillet 1498. Ainsi, il ne s’attend pas particulièrement à recevoir un accueil grandiose des Parisiens. Mais quelle ne fut pas sa surprise de les trouver en grande pompe s’empressant de tous côtés pour l’accueillir et lui souhaiter la bienvenue avec moult démonstrations d’affection et autres décolletés pigeonnants. Il aurait alors eu la maladresse de laisser échapper :

que les parisiennes luy plaisoient mieulx…
La querelle, p. 6.

Et là… c’est le drame ! Oui, le drame, car un Normand dans l’entourage du roi entendit cette petite phrase anodine et décida de la rapporter à ses compatriotes, le vachard ! Il faut savoir que parmi les courtisans qui suivent le roi dans ses déplacements, il y a aussi des comédiens et autres joueurs de farces, engagés par le monarque pour son divertissement. C’est ainsi que les petites histoires se colportent de ville en ville, par l’intermédiaire des poètes qui ont souvent la langue bien pendue ! Voilà comment va démarrer un crêpage de chignon interprovincial et même international ! Mais pour le mieux comprendre, il me faut vous rappeler que nous sommes à cette époque en plein cœur d’une controverse que l’on appellera vers 1880 la Querelle des femmes.

La Querelle des femmes

Cette Querelle des femmes s’inscrit dans un contexte de révolte face à une littérature « gauloise » dans laquelle la femme ne trouve point son compte. En effet, une partie de la production éditoriale traitant de la thématique féminine, et plus généralement de la place de la femme dans la société et dans la littérature, est encore largement héritée des Anciens et du discours biblique, emplie de connotations négatives…

Comme vous le savez, dans les Saintes Écritures l’image de la femme est souvent liée à celle du péché charnel. Les Pères de l’Église non plus ne sont pas tendres, je citerai au passage saint Augustin (354-430) dans son De Genesi ad litteram : « secundum sensum carnis, non secundum spiritum mentis viveret » ou si vous préférez « femme de petite intelligence et vivant encore selon les sens et la chair, non selon l’esprit et la raison ». Cette vision de la femme donna naissance à la Renaissance à un courant littéraire satirique qu’on peut qualifier de misogyne.

Au XVIe siècle, le débat est relancé par André Tiraqueau, un juriste poitevin et bon ami de Rabelais d’ailleurs, auteur d’un traité juridique intitulé De legibus connubialibus (1513) contenant des propos et arguments peu amènes sur les femmes. Dans cet ouvrage par lequel il affirme la supériorité de l’homme, il propose notamment un véritable « programme de vie matrimoniale » afin de pallier « l’incapacité de la femme mariée dont il déterminait avec précision l’étendue avant d’en envisager la sanction ». Son discours ne se limite pas à la France et s’étend à d’autres pays occidentaux, de même que la rébellion des femmes face à cet outrageant traité. C’est aussi le cas de notre Querelle des dames de Paris, de Rouen, de Milan et de Lyon, sauf que, comme vous l’allez voir, il s’agit en réalité d’une satire visant à se moquer de ces femmes qui se croient malignes et qui revendiquent leur droit au chapitre ! Les différentes compositions littéraires qui constituent cette querelle ont été réunies par Émile Picot en 1917 dans un ouvrage intitulé La querelle des dames de Paris, de Rouen, de Milan et de Lyon.

La querelle des dames de Paris, de Rouen, de Milan et de Lyon

Le coupable (enfin, l’initiateur de cette querelle littéraire), c’est un dénommé Maximien, poète populaire au service de Louis XII et que l’on reconnaît à la devise : « De bien en mieulx » accompagnant ses écrits. Rebondissant sur la fameuse bourde du roi, il rédige tout d’abord une petite pièce intitulée Debat des dames de Paris et de Rouen sur l’entree du roy (1508).

Emile Picot, p 11 et 16.png
La querelle, p. 11 et 16.

Cette pièce contient La Rescription des dames de Rouen suivie de La Response des dames de Paris, échange poétique dans lequel les unes et les autres s’écharpent vigoureusement. Je vous en propose quelques extraits et vous invite à lire l’intégralité (ici à partir de la page 17).

La Rescription des dames de Rouen p 14.png
La querelle, p. 21.

Les Rouennaises commencent par traiter les maris des Parisiennes de maillotins (en référence à la révolte des maillets survenue au XIVe siècle et lors de laquelle les Parisiens s’armèrent de ces petits marteaux pour s’insurger contre le pouvoir fiscal) puis concluent en qualifiant les Parisiennes de merdieres

fin Rescription des dames de Rouen p15.png
La querelle, p. 23

Mais les Parisiennes ne se laissent pas faire ; elles savent elles aussi piquer aux points sensibles et se moquent des « paroles plates » des Normandes, leurs proposent de venir leur « baiser le pouce » et pour finir, les invitent à… manger de la bouillie !

Responce parisiennes p25.png
La querelle, p. 25.


Ça chauffe, comme on dit ! Mais ce n’est pas fini, car les Milanaises (les Millannoises à l’époque) s’en mêlent dans La Rescription des dames de Millan a celles de Paris et de Rouen (1509). Les Milanaises ont aussi reçu la visite de Louis XII au retour d’une expédition militaire contre les Génois le 1er juillet 1509, et elles lui ont également présenté leurs plus chaleureux hommages. Amusées par les querelles des dames françaises, elles décident d’y ajouter leur grain de sel. Ainsi, les réjouissances se poursuivent, toujours sous la plume de Maximien qui présente cette pièce comme la traduction d’une composition italienne entendue lors d’un banquet et que Émile Picot attribue à Simeone Litta dit Simon de Milan. Le poète commence par se moquer ouvertement des rivalités entre Rouennnaises et Parisiennes en leur faisant remarquer combien elles se sont données en spectacle avec leurs râleries…

réponse milannaises
La querelle, p. 27.


Les Milanaises accusent ensuite les Rouennaises de n’avoir pas de cervelle et ce genre d’amabilités… Finalement, habitantes de Rouen et de Paris en prennent pour leur grade et Émile Picot d’ajouter que « rien n’égale l’élégance et le luxe des Milanaises ; elles ne se contentent pas de robes de drap comme les Parisiennes ou les Rouennaises, que l’on prendrait pour de simples chambrières ; elles ne portent que de la soie, des broderies et des bijoux. Elles sont habituées à rester tête nue, même s’il neige ou s’il pleut ; elles ont la poitrine découverte et les manches découpées. Les Parisiennes feraient bien de soigner leurs ongles et de ne plus porter de pantoufles crottées » (La querelle, p. 12).

On aurait pu croire que c’était assez, que les poètes s’étaient suffisamment joués de ces pauvres femmes, et pourtant ils en remirent une dernière couche. Louis XII avait rendu visite aux Lyonnaises (aux Lyonnoises) le 10 juillet 1499. Cette ville a également accueilli la cour pendant la première moitié du XVIe siècle, durant les guerres d’Italie. Les poètes imaginèrent donc la jalousie des Parisiennes à leur égard. Ça a donné La Rescription des femmes de Paris aux femmes de Lyon (1512) suivie de la Reformation des dames de Paris faicte par les Lyonnoises, ainsi que La replicque faicte par les dames de Paris contre celle de Lyon, et c’est reparti pour un duel bec et ongles… Cette fois-ci l’auteur serait Guillaume Crétin, et l’on s’accorde à dire qu’il porte bien son nom ! De même que dans les compositions précédentes, les unes reprochent aux autres des traits de caractère ou attitudes allant à l’encontre des valeurs morales chrétiennes… On tombe bien bas dans la médisance, l’arrogance et, puisque les auteurs sont des hommes, dans la misogynie (à lire p. 33).

Les Cent Nouvelles Nouvelles, France 1475-1500, MS Hunter 252 (U.4.10), folio 186r
Les Cent Nouvelles, France fin XVe s., université de Glasgow, MS Hunter 252, fol. 186r.


À travers cette satire sur un ton comique, les poètes se moquent ouvertement de la Querelle des femmes, ce courant littéraire qui réclame qu’on entende la voix d’ycelles. Ils s’amusent à donner une vision stéréotypée du sexe féminin, comme d’autres écrits égrillards de l’époque tel Le plaisant quaquet et resjouyssance des femmes, pour ce que leurs maris nyvrongnent plus en la taverne (vers 1490). La Querelle des dames de Paris, de Rouen, de Milan et de Lyon rapportée par Émile Picot n’est donc qu’un canular construit sur l’anecdote de la bévue de Louis XII et monté de toute pièce par les hommes et pour les hommes. Néanmoins la Renaissance est aussi une période de réévaluation du statut de la femme dans la littérature grâce à des personnages emblématiques comme Christine de Pisan et son Livre des trois vertus à l’enseignement des dames (1497), mais aussi Simphorien Champier et sa Nef des Dames vertueuses (1503) ou encore Henri Corneille d’Agrippa qui, dans son De nobilitate et praecellentia foeminei sexus (1529) démontre la supériorité des femmes en les plaçant aux origines des arts ! Tout ceci démontre une évolution des mentalités au sein de l’élite lettrée tendant à revaloriser le statut féminin. La revendication féminine dans la littérature se met tranquillement en marche et l’on observe même des tentatives de glorification extrême de la femme, tel l’ouvrage délirant de Guillaume Postel : Les tres merveilleuses victoires des femmes du Nouveau Monde et comment elles doibvent à tout le monde par raison commander et mesme à ceulx qui auront la monarchie du monde vieil (1533).

.:.

Cet article vous a plu ? N’oubliez pas que vos dons sont essentiels pour la survie du blog ! Vous pouvez me soutenir sur Tipeee, une plateforme facile à utiliser vous permettant d’encourager vos créateurs de contenus préférés. C’est ici ! —> tipeee-logo-pointcom-RVB 

et partagez cet article à foison !

MA BIBLIO :

Publicités

2 réflexions sur “La bourde de Louis XII et la Querelle des dames de Paris, de Rouen, de Milan et de Lyon

  1. Une autre façon d’approcher l’Histoire ! Ici je n’ai pu étouffer un fou rire lorsqu’arrive la bourde du roi… aux conséquences ravageuses ! En même temps j’ai beaucoup appris sur la déclinaison médiévale d’une misogynie hélas toujours d’actualité. Merci et bravo pour ce site.

    Aimé par 1 personne

  2. Savoirs d’Histoire , bonjour, épique et comme toujours un merveilleux documentaire sur ce sujet ,to be Femmes or not to be , la coquéterie de ses charmantes personnes est logique pour attirer le roi , ce qui est anormal c’est comment des colporteurs ‘( le nom leurs va à merveilles ) , puissent raconter des ragots , des inepties , tout çà a mon sens est orchestré pat l’église qui ne porte pas dans son cœur les Femmes et aussi , comme c’est au sortir de la guerre de 117 ans , que la ville de Rouen et ses habitants étaient les premiers visés ( soufre- douleurs ) pour dommage de guerre ..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s