Craquage au Scriptorium – Épisode 3 : Les déboires de frère Anségisel

Craquage au Scriptorium — Épisode 3
Les déboires de frère Anségisel

Précédemment dans Craquage au Scriptorium épisode 1 et épisode 2, nous avons abordées diverses explications aux craquages de scribes ou d’enlumineurs du Moyen Âge après avoir passé d’inlassables heures à plancher sur des manuscrits plutôt barbifiants. Aussi je m’attaque directement à la topique du jour, sans circonlocutions, et m’en vais vous présenter un genre de craquage peu familier de nos lecteurs contemporains d’ouvrages imprimés : des débordements d’humeur incontrôlés et parfois frénétiques ancrés à tout jamais au cœur de vieux codex. Ils sont précieux car ils constituent les vestiges de déboires de scribes, reliquats qu’il est impossible de trouver dans nos ouvrages actuels, corrigés et arrangés avant que d’être reproduits mécaniquement (Benjamin, si tu m’entends…). En effet la valeur ajoutée des livres manuscrits c’est qu’avec un peu d’imagination on peut y lire une seconde histoire dans l’histoire, celle du copiste. Et ça, c’est ma grande passion !

Lorsque je me plonge dans les archives numérisées de bibliothèques ou de musées pour éplucher des manuscrits millénaires et tenter de trouver quelques perles historiques et autres enluminures fleuries, je me retrouve toujours confrontée à des centaines de pages calligraphiées à explorer. Pour gagner du temps, je survole d’abord l’intégralité de l’ouvrage en feuilletant prestement toutes les pages, puis j’y reviens avec plus d’attention si ce dernier a retenu mon intérêt. C’est lors de ce premier travail d’exploration que me sont apparus mes premiers craquages de copistes. Aujourd’hui, je me propose de vous faire découvrir, de manière quelque peu romancée (tels que je me les imagine) quelques-uns de ces fameux nervous breakdown que j’ai dénichés rien que pour vous.

J’invite le lecteur bénévole à me suivre et à piocher un ouvrage au hasard, dans la bibliothèque apostolique vaticane tant qu’à faire. Profitez, c’est moi qui régale. Vous l’ouvrez, il s’agit d’un vieux manuscrit datant du XVIe siècle, le Miscellanea diversorum. Il est écrit en grec ancien, mais nous n’en ferons rien puisqu’aujourd’hui les mots nous importeront peu ; nous concentrerons notre attention sur des éléments qui interpellent le lecteur au premier coup d’œil, et non à la lecture.

Ainsi vous êtes confortablement installés, prêts à feuilleter ce fragile codex dont les premières pages se présentent comme suit :

Miscellanea diversorum
Vous balayez ce début d’ouvrage du regard, tout semble aller pour le mieux, hormis quelques pages mal remplies. Mais rapidement votre œil attentif est attiré par la vignette 285v, sur l’avant-dernière rangée, à droite.

vignette 285v
Vignette 285v.

Qu’avons-nous là ? Il semblerait bien que nous ayons retrouvé la trace de frère Anségisel, notre copiste sinoque rencontré dans l’épisode précédent. Il était pourtant persuadé qu’il venait à l’instant de poser sa feuille de brouillon là, juste sous sa manche, afin de faire quelques tests avec la plume d’oie flambant neuve qu’il s’apprêtait à étrenner. Encore une fois, le karma lui joue des tours (rapport à ses actes de vandalisme sur enluminure, voir l’épisode 2), et il découvre avec horreur que c’est sur le doux vélin du manuscrit sur lequel il a travaillé des jours durant qu’il vient allègrement de gribouiller pour se chauffer. Sacrebleu ! D’autant plus qu’il ne s’agit pas d’un test de plume discret, en marge, comme les fameux « probatio pennae » (essai de plume) qu’on retrouve souvent griffonnés sur des manuscrits. Non, là il s’agit plutôt d’un test de plume pulsionnel, presque viscéral ! Si l’armarius voit ça, c’est la sanction assurée… Alors ce proverbe de la Vulgate maintes fois copié résonne dans sa tête : « Flagellum equo et camus asino et virga dorso inprudentium » (le fouet est pour le cheval, le mors pour l’âne, et la verge pour le dos des insensés – Vulgate, livre des Proverbes, ch. 26.3).

Vite, il tourne la page, sa plume est prête à l’emploi maintenant, il se remet ni vu ni connu à sa copie. Mais au bout de quelques lignes minutieusement copiées le voilà à nouveau dérangé dans sa tâche. L’encre a coulé le long de sa plume, il en a plein les doigts, ALERTE ! Rien pour esponger aux alentours, et que fait-il, il décide de se sortir de cette fâcheuse posture en s’essuyant ingénument… sur la page. Cochon.

vignette 286r
Vignette 286r.

Non, là ce n’est pas sérieux, et Anségisel le sait. Il est conscient qu’après le griffonnage de tout à l’heure et cette maculature, sa journée de travail est fichue. Alors il craque. Il tourne la page, il n’a plus envie de copier ce texte abscons et, oubliant tous ses devoirs, se lance l’air hébété, dans de petits dessins.

vignette 286v
Vignette 286v.

La page suivante a, quant à elle, été coupée. Ce qu’elle contenait, Dieu seul le sait… Le lendemain matin, de retour à son pupitre, frère Anségisel est plein de bonnes résolutions pour cette nouvelle journée. Il va reprendre sa copie et cette fois, plus de craquages, plus d’inattentions ! Et ça marche. Avec un zèle infatigable, il enchaîne les pages, pas une faute, pas une rature, s’il continue comme ça il sera peut-être promu au rang de copiste du mois. Sa plume glisse sur le vélin, les caractères ondulent, il n’a jamais écrit aussi bien… De retour du réfectoire, c’est avec toujours autant d’ardeur qu’il retourne à son ouvrage.

test

Mais au bout de quelques heures, dans l’atmosphère chaude, pesante et silencieuse du scriptorium, tandis que volettent quelques mouches, notre moine commence à dériver lentement et se laisse peu à peu gagner par une mollesse hypnagogique. « Copie Anségisel, copie ! », se dit-il sentant ses paupières s’alourdir. Puis, fatalement, ce qui devait arriver arriva et, oubliant quelques instants son opiniâtre mission, au détour de la page 311r, notre copiste sombre.

test indechiffrable

Ses phrases se détachent du paragraphe, serpentent dangereusement et finissent par devenir indéchiffrables. Après quelques dodelinements incontrôlés, il se réveille en sursaut, mais le mal est déjà fait. Le gribouillis qui s’en suit est probablement un premier réflexe de dégoût : ses rêves de gloire déçus, sa promotion enterrée, il décide de tout abandonner. Il tourne la page, et il dessine. « Et qu’on vienne pas m’emm***** » marmonne-t-il. Ainsi, sur la page suivante, on tombe sur ce petit cœur transpercé, tel le cœur brisé de frère Anségisel.

vignette 311v
Vignette 311v.

Abattu et le visage hagard, il se met ainsi à épancher ses peines sur le papier. À gauche de la page, serait-ce un esquif providentiel, prêt à l’emporter loin des portes de son abbaye ? Et qu’est-ce que cette grande vasque surmontée d’un arbuste sur lequel s’est posé un oiseau ? Il semble que notre copiste ait besoin de vacances…

À la fin de la séance, et après avoir tenté d’articuler des excuses vaseuses devant le père abbé et toute la communauté en salle capitulaire, frère Anségisel, taxé de saboteur et de terroriste, se voit banni du monastère à coup de sandales dans le derrière. Si vous doutez de mon histoire, rendez-vous à la page suivante, vignette 312r, et jugez-vous même : la suite de l’ouvrage a été confiée à un copiste dont l’écriture, en pattes de mouche, est plus fine et plus resserrée. Ce coup de folie aura bel et bien fait perdre son pupitre à notre copiste.

vignette 312r
Vignette 312r.

Alors frère Anségisel a pris son baluchon et le chemin de la grand’route, non pas décidé à entrer dans une vie d’anachorète retiré de ce monde injuste, mais bien déterminé à partir en quête d’un monastère plus accueillant où il pourrait à nouveau exercer sa passion. Son air de bonté n’attirant pas les suspicions, il est rapidement adopté par une nouvelle confrérie qui, sans se méfier, a le malheur de lui confier un nouvel ouvrage à copier. Et là, ses vieux démons le rattrapent…

Par chance, cet ouvrage est également conservé dans les trésors de la bibliothèque du Vatican, mais pour ma part, j’ai suffisamment parlé. Je vous laisse, si vous le souhaitez, vous imaginer votre propre histoire à partir de cet ouvrage. Je vous le pose ici, vous n’avez qu’à cliquer et feuilleter les pages jusqu’à ce que quelque chose vous alarme. Pour information, le climax se trouve autour de la page 73 et on constate également une rechute dans les dernières pages. Ça me rappelle la fois où Anségisel s’est lancé dans le dessin d’un schéma alambiqué, j’en ris encore… Si vous voulez voir ce que ça a donné, cliquez ici et descendez jusqu’à la vignette 85r et suivantes, enfin surtout la vignette 89v !

Maintenant que vous avez pris vos aises avec les manuscrits de la bibliothèque vaticane, s’il vous arrive de repérer un détail amusant, n’hésitez pas à le partager en commentaire ! Et pour finir, que les hématophobes daignent détourner le regard, car je suis tombée l’autre soir sur une page fort surprenante, maculée de sang.

page couverte d’empreintes sanglantes
Page maculée de sang.

C’est le seul craquage sanglant que j’ai trouvé jusqu’à présent, sans compter les pactes démoniaques fallacieux. J’ai cru y reconnaître l’empreinte d’Anségisel mais rien n’est moins sûr. Certains mystères du scriptorium demeureront impénétrables…

Cet article vous a plu ? Moi je me suis vraiment régalée à l’écrire ! Pour que le blog continue d’exister et que je puisse écrire encore plus d’articles, j’ai besoin de votre aide. Vous pouvez me soutenir en faisant un don d’un 1 € (ou plus) sur Tipeee, une plateforme de financement participatif facile à utiliser vous permettant d’encourager vos créateurs de contenus préférés. C’est ici ! — > tipeee-logo-pointcom-RVB Merci ;-)

.:.

icône FacebookREJOIGNEZ LA PAGE FACEBOOK DE SAVOIRS D’HISTOIRE

et partagez cet article à foison !

Publicités

5 réflexions sur “Craquage au Scriptorium – Épisode 3 : Les déboires de frère Anségisel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s